Stratégie retail

Stokomani repris par la famille Zouari

Par Clotilde Chenevoy | le | Enseignes

Après le rachat du groupe Maxi Bazar, le family office de la famille Zouari annonce être entré en négociation exclusive pour le rachat de Stokomani.

Stokomani a fait ses premiers pas dans l’e-commerce sous la pression de la crise sanitaire. - © D.R.
Stokomani a fait ses premiers pas dans l’e-commerce sous la pression de la crise sanitaire. - © D.R.

Un nouvel acteur sur le marché des magasins “néo-bazars” est train d’émerger. Le family office de la famille Zouari a annoncé être entré en négociation exclusive avec le fonds d’investissement Sagard et Claminvest, holding de Jean-Jacques Namani, en vue de l’acquisition de Stokomani, enseigne du discount et du déstockage en France. Cette opération intervient après le rachat du groupe Maxi Bazar, dont l’autorité de la concurrence étudie actuellement le dossier pour donner son avis.

Notre ambition est de construire un acteur majeur français du discount et du déstockage en France, mais également de jouer un rôle important dans l’économie circulaire.

« Cette diversification dans le commerce non alimentaire, qui fait suite à l’acquisition de Maxi Bazar, nous permet de nous engager de façon durable et responsable dans ce secteur, a déclaré  Edouard Lacoste, directeur général du Family Office de la famille Zouari dans un communiqué. Notre ambition est de construire un acteur majeur français du discount et du déstockage en France, mais également de jouer un rôle important dans l’économie circulaire. Cette approche de capitalisme responsable devra combiner profitabilité et développement durable. Le marché du discount et du déstockage est un marché résilient et en pleine croissance. Nous voulons encore le faire grandir et le faire progresser. Le paradigme doit changer et les petits budgets doivent, plus que jamais, trouver satisfaction, dans un esprit d’achat malin et de bon rapport « grande qualité et petits prix ».

Stokomani 130 magasins et 500 millions d’euros de CA en 2020

Créée par la famille Namani, toujours actionnaire, et développée par le fonds d’investissement Sagard, l’enseigne Stokomani compte 130 magasins allant de 900 à 3000m² et elle a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros. Le catalogue se compose d’environ 12 000 références avec des arrivages toutes les semaines. L’offre se compose de produits de marques déstockées ainsi que ses propres produits abordables sur les univers mode, beauté, déco, jouets, produits saisonniers, alimentation et jardin. 

Dernièrement, le retailer a beaucoup investi dans sa logistique et sa transformation omnicanale. L’e-commerce a été lancé pendant la crise sanitaire en 2020 et une 3e plate-forme logistique de 72 000 m² a été inauguré en septembre dernier. Et face à l’engouement des Français pour ce type de magasins, l’enseigne a aussi multiplié les ouvertures de points de vente pour compléter son maillage. La direction a d’ailleurs annoncé il y a trois mois vouloir atteindre 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires pour 200 magasins.

« Sous la férule de son équipe de management, l’enseigne s’est profondément et durablement transformée afin d’accompagner les nouveaux modes de consommation et de toujours servir au mieux sa clientèle : élargissement du réseau et de l’offre, digitalisation de l’entreprise et de sa relation clients, lancement de l’omnicanalité (site de vente et offre web-to-store) notamment, ont déclaré Bérangère Barbe et Agnès Huyghues Despointes, partners de Sagard. Le projet porté par le groupe Zouari permettra d’achever cette transformation et de consolider la position de Stokomani comme champion français du discount et déstockage. »

Un marché où Action a fait une entrée fracassante

Le marché du discount et du déstockage carbure en France. Ces dernières années, aux côtés des acteurs historiques que sont Stokomani, Gifi, la Foir’Fouille ou Centrakor se sont ajoutées des enseignes étrangères comme Zeeman, Normal et surtout Action. A l’occasion de la 8e Nuit du Commerce Connecté, Wouter de Baecker, le directeur général France, a annoncé atteindre dans l’Hexagone le 650e magasin d’ici la fin de l’année. Sachant que le 600e a été ouvert à Paris en mai, on perçoit bien que le néerlandais va vite sur ce marché en progression… Lidl n’est pas en reste avec des offres sur le non-alimentaire qui viennent aussi mordre sur le segment des spécialistes. Le terrain de jeu est donc très concurrentiel et le rachat de Maxi Bazar et Stokomani devraient encore venir faire bouger les lignes.

Transférer cet article à un(e) ami(e)