Stratégie retail

Centrakor : « Pensée pour fédérer nos équipes, notre application devient source de motivation »

Par Clotilde Chenevoy | le | Organisation

Nathalie Grand-Clément, directrice générale de Centrakor, revient sur l’année 2020 et l’appropriation de l’application WeAreCentrakor par les équipes et annonce l’arrivée d’un nouveau concept et d’un flagship.

Nathalie Grand-Clément, directrice générale de Centrakor. - © CARGO
Nathalie Grand-Clément, directrice générale de Centrakor. - © CARGO

Comment s’est passée 2020 et le début de l’année 2021 ?

Tous nos magasins ont été fermés pendant les confinements. Malgré tout, nous terminons l’année avec une progression de notre chiffre d’affaires proche de zéro, à réseau constant. Ce qui est une prouesse dans ce contexte. Le secteur de la décoration et de la maison est en plein boom. Les gens sont restés chez eux, privés de sortie. Ils ont donc investi dans leur intérieur. Le premier trimestre 2021 a été très dynamique et nous nous attendons à une belle reprise dès l’ouverture le 19 mai. En Belgique, nous avons eu une belle reprise dans notre magasin, qui a aussi été fermé et vient tout juste de rouvrir.

Vous avez ouvert un service de e-réservation. Avez-vous des projets e-commerce ?

Nous avons mis en place un service de e-réservation mais les clients ne peuvent y trouver qu’un noyau de l’offre car le référencement varie d’un point de vente à l’autre. Par ailleurs, concernant les produits de  décoration, les gens viennent avec une idée mais on reste sur des achats d’impulsion. Le web est trop réducteur dans le catalogue et dans l’expérience d’achat. Nous sommes des commerçants qui misons sur les magasins.

L’application WeAreCentrakor a servi à garder le lien avec les équipes en 2020 et désormais elle permet aussi d'échanger entre les équipes sur le quotidien de chacun. Elle est devenue une source de motivation.

Vous avez lancé l’application WeAreCentrakor en mai 2019. Elle a dû être très utile en 2020…

Nous l’avons présenté lors d’un séminaire et c’est lors du premier confinement que son intérêt a été perçu par tous. En mars 2020, c’est la sidération complète pour nos équipes. Nous avons beaucoup échangé avec elles en donnant des détails sur la gestion opérationnelle. Grâce à cet outil, nous avons pu informer, rassurer et fédérer nos équipes.

Tout le monde l’a adopté et désormais il sert aussi à échanger entre les équipes sur le quotidien de chacun. Les gens ont pris le réflexe de partager une jolie implantation par exemple ou un temps fort en magasin. L’application devient une source de motivation. Il est toujours complexe lors d’une visite d’un point de vente de voir tout le monde et de féliciter les bonnes choses réalisées car on se concentre souvent sur les actions à mener. Via l’application, tout le monde s’encourage quotidiennement.

L’application WeAreCentrakor a des fonctions pour les salariés, les adhérents et prochainement les clients. - © Centrakor
L’application WeAreCentrakor a des fonctions pour les salariés, les adhérents et prochainement les clients. - © Centrakor

De nouveaux développements sont-ils prévus pour l’application ?

Nous avons fait un bilan avec notre prestataire Nexenture et nous avons énormément de développements attendus. Dès le départ, elle a été pensée pour trois cibles : les salariés, pour les adhérents et pour les clients. Ce troisième sujet arrive donc sur la table et va de pair avec notre projet de fidélité unifiée.

Fin mai, nous ouvrirons à Montauban le premier magasin doté du nouveau concept et en fin d’année, à Toulouse, nous inaugurerons un flagship.

C’est votre chantier de 2021 la fidélité unifiée ?

Nous travaillons sur le sujet mais le projet devrait aboutir sur 2022. Le covid a accéléré des sujets et en a ralenti d’autres. D’autant que nous avons annulé nos différents séminaires et comme nous sommes un réseau participatif, il est difficile d’avancer sans nous réunir. En 2021, nous nous concentrons en priorité sur le nouveau concept de magasin.

Pouvez-vous nous détailler ce nouveau concept et vos ambitions en termes de développement pour l’année à venir ?

Nous misons sur une vingtaine d’ouvertures, avec des points de vente ayant une surface de 2000 à 3000 m². Sept seront en propre et le reste sera ouvert par des adhérents. Ces nouveaux magasins seront au nouveau concept. Avec ce remodeling, nous avons travaillé sur une nouvelle signalétique, du nouveau mobilier et un réaménagement des catégories. Nous avons créé des zones de ruptures dans nos allées. Le concept a été pensé comme modulable pour une revisite sans tout changer. Fin mai, nous ouvrirons à Montauban un des premiers magasins du genre et en fin d’année, à Toulouse, nous inaugurerons un beau flagship.

Transférer cet article à un(e) ami(e)