Solutions et techno

Salsify lève 200 millions de dollars pour accélérer (encore plus) son développement

Par Clotilde Chenevoy | le | Data

Salsify, spécialiste du partage de la donnée entre enseignes et industriels, réalise une nouvelle levée de 200 millions de dollars. Elle doit lui permettre d’accélérer à l’international et sur de nouveaux secteurs, en pleine transformation digitale.

Salsify facilite le partage des données en B to B et aussi de plus en plus en B to C. - © Républik Retail
Salsify facilite le partage des données en B to B et aussi de plus en plus en B to C. - © Républik Retail

+200 millions dans son escarcelle et une valorisation estimée à 2 milliards de dollars. Salsify, connu initialement en France sous le nom d’Alkemics, s’offre un nouveau tour de table…. dont il n’avait pas forcément besoin ! « Nous avons de très bons résultats avec un revenus récurrents annuels de 111 millions de dollars et une croissance de 51 % en 2021, explique Antoine Durieux, EVP, Retail & Network Strategy, ex CEO d’Alkemics. Nous sommes également sereins pour 2022 mais nous avons des métriques qui intéressent les investisseurs. Cette opération va nous permettre de soutenir notre croissance et de continuer d’investir dans notre plate-forme pour aider à une meilleure collaboration entre distributeurs et marques. »

Ainsi, le fonds TPG fait son entrée au capital, ainsi que les investisseurs Permira, Neuberger Berman et Cap Table Coalition. La dernière opération date de septembre 2020, pour un montant de 155 millions de dollars mené par Warburg Pincus en septembre 2020, portant le total des investissements levé par Salsify depuis sa création en 2012 à 450 millions de dollars.

Toujours d’énormes besoins sur la gestion de la data produit

En 2021, plus de 9,7 millions de nouveaux produits ont été créé via la plate-forme Salsify et le contenu a été enrichi sur pratiquement 5,2 millions de fiches produits différentes.

Avec cette nouvelle opération, Salsify investit donc dans son développement, sur un marché ultra porteur. « L’e-commerce continue de se développer et l’omnicanal reste plus que jamais d’actualités avec des nouveaux canaux qui s’ajoutent comme le quick commerce ou le live shopping, analyse Antoine Durieux. L’alimentaire a été plutôt en avance sur le sujet de la gestion de la data produit et toutes les industries sont en train d’investir. » Citons par exemple le secteur du bricolage qui a vu ses ventes e-commerce exploser depuis le premier confinement en 2020… Par ailleurs, les appels à plus de transparence sur la composition des articles obligent les marques et enseignes à investir dans leurs systèmes d’information pour pouvoir intégrer des nouveaux critères et surtout les partager. Eram ajoute ainsi des QR Code pour que les clients accèdent aux informations produits. 

L’avantage pour ces industries qui arrivent en décalage, selon Antoine Durieux, c’est que la facture à baisser et les projets se révèlent moins complexes à déployer qu’il y a 5 ans. «  La modernisation des solutions est plus simple maintenant avec des solutions cloud et les API, juge-t-il. Mais finalement ce n’est pas tant un sujet IT qu’un sujet de transformation et de management. C’est un vrai facteur de risques si une entreprise ne gère pas ce point. »

Côté produit, et dans l’optique d’accompagner cette croissance, l’enjeu pour Salsify consiste à rendre sa plate-forme d’échange de données encore plus fluide et ouverte. Le groupe souhaite d’ailleurs travailler avec des intégrateurs pour qu’ils puissent eux-mêmes prendre la main sur l’installation de leur solution.

Accompagner les clients à l’international

L’international représente un autre relais de croissance important pour le groupe. Salsify est bien implanté aux Etats-Unis, en France ou encore en Australie et il compte élargir les pays, notamment en Europe. « Nous suivons principalement nos clients dans leur différents développements, précise Antoine Durieux. Et si nous voulons une présence globale, il nous semble néanmoins nécessaire de disposer aussi de relais nationaux pour un meilleur accompagnement. » D’où l’intérêt également d’inclure des intégrateurs pour que le suivi client reste tout aussi fluide que les échanges de données.

Transférer cet article à un(e) ami(e)