Solutions et techno

Printemps fait ses premiers pas dans le Web3

Par Clotilde Chenevoy | le | Omnicanal

Magasin virtuel immersif et création d’un espace de cyberfashion avec DressX , Printemps multiplie les expérimentations dans le Web3. Retour sur ces projets avec Maud Funaro, directrice de la transformation.

Le magasin virtuel recrée en ligne l’envie de flâner dans les rayons. - © Printemps
Le magasin virtuel recrée en ligne l’envie de flâner dans les rayons. - © Printemps

Mardi 15 mars, Jean-Marc Bellaiche, président du groupe Printemps, a dévoilé le nouveau positionnement de la marque, avec un logo et une signature revus. Printemps veut accompagner les premières fois de ses clients, sur tous les sujets dont le Web3 ! C’est dans cette optique et pour suivre aussi le développement grandissant des NFT et des metavers que Printemps a inauguré un magasin virtuel et immersif, mis en ligne il y a deux jours.

« Il faut faire de la pédagogie autour de ces sujets car pour la majorité des consommateurs c’est surtout du jargon, détaille Maud Funaro, directrice de la transformation de Printemps. Nous voulons accompagner nos clients en leur offrant leur premier NFT et en les accompagnant pour installer leur premier crypto-wallet. »

Le magasin virtuel est accessible depuis le site e-commerce de Printemps. - © Printemps
Le magasin virtuel est accessible depuis le site e-commerce de Printemps. - © Printemps

Un magasin virtuel qui recrée l’envie de flâner en ligne

Pour cette première incursion dans le web3, Printemps a opté pour un magasin immersif accessible depuis son site e-commerce. « C’est un magasin virtuel avec une intention de créativité, précise la directrice. Nous avons choisi de ne pas aller, pour le moment, dans le metavers, car ce n’est pas la même démarche ni le même public. » Le site recrée ainsi en virtuel le plaisir de flâner en magasin avec des graphismes très travaillés. La seule fausse note à notre goût est l’ambiance musicale, très redondante.

Printemps présente des sacs en les accrochant à un arbre. - © Printemps
Printemps présente des sacs en les accrochant à un arbre. - © Printemps

Les clients naviguent en se déplaçant dans différents espaces et dans chacun d’entre eux expose de façon très créative des produits. L’îlot des exclusivités présente des articles créés exclusivement pour le renouveau de Printemps et qui reprennent la couleur du grand magasin. Sneakers Paradisio propose une sélection de sneakers. Vers le jardin suspendu, on retrouve dans un arbre des sacs à mains et plus loin sous un kiosque des vêtements. Chaque image est cliquable pour accéder à la fiche produit. En cas d’achat, le bouton fera basculer le client automatiquement vers la page web du site e-commerce. « Nous avons déjà fait des ventes », se réjouit Maud Funaro qui ne donne pas de détails sur les ambitions de vente avec ce nouveau canal.

Un NFT offert pour les acheteurs du magasin virtuel

Pour le lancement du magasin virtuel, Printemps a aussi mis en jeu des NFT (Lire notre Guide NFT) et apporte ainsi de la gamification. Le grand magasin a travaillé avec l’artiste Romain Froquet qui a réalisé une toile pour le Printemps baptisée Gesture. Un espace lui est dédié dans le magasin virtuel pour découvrir son travail et son tableau. Ce dernier est découpé en 30 parties et chaque morceau devient un NFT. Un tirage au sort est effectué chaque semaine parmi les acheteurs et 5 NFT seront attribués pendant 6 semaines. Printemps a prévu un accompagnement pour aider les clients à récupérer ce titre de propriété et à se créer un wallet. Le grand magasin a travaillé avec Arianee sur le sujet.

Printemps affiche son jeu concours NFT sur les fiches produits de ses articles vendus dans le magasin virtuel. - © Printemps
Printemps affiche son jeu concours NFT sur les fiches produits de ses articles vendus dans le magasin virtuel. - © Printemps

Printemps a travaillé avec Arianee pour son wallet. - © Printemps
Printemps a travaillé avec Arianee pour son wallet. - © Printemps

Une animation avec DressX pour la cyberfashion

En plus du magasin virtuel, Printemps a aussi noué un partenariat avec DressX, une marketplace de vêtements virtuels. Le grand magasin a créé un espace dans son point de vente « très instagrammable », souligne Maud Funaro. Les clients peuvent venir essayer virtuellement des tenues et acheter un cliché dans lequel ils portent la tenue. L’enseigne se positionne ainsi sur le segment des achats direct to avatar. « Une photo de profil devient un élément important dans la vie des gens et il y a un énorme marché, analyse la directrice. L’espace a été installé il y a quelques jours et il y a pas mal de trafic. Mais il est encore trop tôt pour analyser si cela crée des ventes. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)