Rse

Seconde main : les ventes dans le prêt-à-porter bondissent de 51 %

Par Clotilde Chenevoy | le | Seconde main

L’engouement pour la seconde main dans le textile prend de l’ampleur selon l’Observatoire Natixis Payments avec une croissance de 51 % du nombre d’achats par rapport à l’année précédente.

Kiabi a créé des espaces seconde main dans ses magasins et accélère sur le sujet. - © Barbara Grossmann
Kiabi a créé des espaces seconde main dans ses magasins et accélère sur le sujet. - © Barbara Grossmann

Après la phase de décroissance du marché, le secteur du textile fait face à un nouvel enjeu de transformation avec l’engouement croissant pour la seconde main. Au lendemain de la Fashion Week, Natixis Payments a analysé les données de son observatoire sur la consommation des Français en prêt-à-porter, de janvier à septembre 2021.

Que cela soit pour des motifs budgétaires ou d’engagement vers une consommation plus responsable, les Français ont davantage acheté sur des sites en ligne de seconde main en 2021 avec une augmentation de 51 %. Par rapport à 2019, le nombre d’achats en 2021 a bondi de 140 %.

Ces taux de croissance s’expliquent certainement par une augmentation de l’offre du côté des retailers en plus des plates-formes de vente comem Vinted ou Leboncoin. Les Galeries Lafayette ou encore Printemps viennent de créer des espaces physiques, Kiabi , Bonobo ou encore Gémo ont noué des partenariats avec Patatam. 

Qui sont les acheteurs de seconde main ? Les femmes et les moins de 24 ans

La seconde main s’inscrit dans les habitude des Français. - © Natixis
La seconde main s’inscrit dans les habitude des Français. - © Natixis

Le marché de la seconde main est principalement porté par les femmes, puisque 82 % des transactions sont réalisées par elles, contre seulement 18 % par des hommes.

Si les 25-44 ans sont de loin les plus dépensiers en achats de seconde main avec 58 % des dépenses totales, le panier moyen des moins de 24 ans reste le plus élevé avec un montant de 24 €, contre 21,32 € chez les 65 ans et plus, suivi des 45-54 ans (20,77 €).

Les ventes en ligne dans le textile en croissance  

L’Observatoire Natixis Payments a également relevé le développement de l’e-commerce au global sur cette catégorie de produits. Un constat aussi réalisé par la Fevad qui a présenté ses chiffres lors de la dernière édition de Paris Retail Week.

Ainsi, si les points de vente ont rouverts, 34 % des achats sont réalisés en ligne. Cela représente plus d’un achat sur trois, alors qu’en 2019, le e-commerce représentait à peine 14 % des transactions, pour grimper jusqu’à 21 % en 2020.

L’e-commerce continue son envolée dans le prêt-à-porter. - © Natixis
L’e-commerce continue son envolée dans le prêt-à-porter. - © Natixis

En revanche, si le nombre d’achats en ligne a considérablement augmenté, le panier moyen, lui, a baissé, passant de 66,58 € en 2020 à 51,48 € en 2021, soit une baisse de -22,7 %. Cette tendance s’explique par l’augmentation du nombre de transactions : les dépenses sont plus fréquentes mais moins élevées. En ce qui concerne le montant des transactions, on constate une augmentation de 64 % comparé à 2020, et de 98 % versus 2019. Un marché qui a donc doublé de volume en 2 ans.  

Les jeunes achètent plus, notamment en ligne

Ce sont les moins de 24 ans qui ont le plus pris le virage de l’e-commerce, mais leur budget au global a augmenté. Cette cible a augmenté ses dépenses de 27 % en magasin entre 2019 et 2021, et de 154 % en ligne.

« Le marché du prêt-à-porter poursuit l’évolution de son modèle de distribution, estime Chloé Mayenobe, directrice générale déléguée de Natixis Payments en charge de la Business Unit Digital Payments. L’année 2022 sera un marqueur pour ce secteur car nous verrons si les nouvelles habitudes de consommation des français vis-à-vis de la mode, achats en ligne et marché de la seconde main, perdurent. »

Transférer cet article à un(e) ami(e)