Stratégie retail

Ariel Wizman (Miniso) : « Nous aurons 25 magasins d’ici la fin de l’année »

Par Clotilde Chenevoy | le | Enseignes

Miniso vient d’ouvrir sa plus grande boutique dans l’extension d’Italie 2, à Paris. L’occasion de faire le point sur cette enseigne venue de Chine.

Ariel Wizman (Miniso) : « Nous aurons 25 magasins d’ici la fin de l’année »
Ariel Wizman (Miniso) : « Nous aurons 25 magasins d’ici la fin de l’année »

Utile et mignon. Ce sont les deux adjectifs pour qualifier l’offre de Miniso, enseigne fraîchement venue de Chine, qui a ouvert son 8e magasin en propre fin janvier dans l’extension du centre commercial Italie 2 à Paris.

Miniso Italik propose 2500 références sur deux niveaux. - © Miniso
Miniso Italik propose 2500 références sur deux niveaux. - © Miniso

La nouvelle boutique de 360 m2 propose environ 2500 références sur deux étages, avec une offre allant des accessoires de beauté et d’hygiène, à des peluches en passant par des solutions de rangement pour la maison ou encore des articles de sport ou de bureau. Le tout dans une ambiance asiatique avec des prix bas. « Nous misons sur un excellent rapport qualité-prix, souligne Ariel Wizman, l’un des trois cofondateurs de l’enseigne en France avec Nicolas Rey et Jonathan Siboni. Le panier moyen tourne autour de 15 euros. »

Un objectif de 25 points de vente d’ici la fin de l’année

Lentement mais sûrement, l’enseigne tisse son réseau en France. Elle a par exemple noué un partenariat avec Gares et Connexions, ou encore avec Fnac où Miniso a 6 corners et le format est aussi en test chez Monoprix. « Nous sommes conformes à notre plan de développement compte tenu du choc du covid, indique le dirigeant. Nous aurons une quinzaine de points de vente fin mars et environ 25 d’ici la fin de l’année. Nous ciblons plusieurs types d’emplacement, les centres commerciaux et les centres-villes à fort flux, avec un local de 150 à 250 m². » L’enseigne mixte ainsi les types de lieux pour maîtriser le coût des loyers et le taux d’effort… Après plusieurs ouvertures à Paris, l’enseigne compte descendre vers le sud, à Lyon, Marseille, Toulouse, ou encore Montpellier.

Pour tenir ses coûts, le dirigeant indique également que Miniso a investi dans des outils de pilotage. « Nous affinons tous les jours nos coûts logistiques et nous avons mutualisé certains frais avec les autres Miniso Europe, précise Ariel Wizman. Nous réfléchissons à la construction d’un entrepôt européen. »

En effet, si l’enseigne débute à peine en France, sur le plan international, son envergure est bien plus grande. Les produits sont conçus dans le monde entier, avec plusieurs studios de design qui planchent sur la création d’articles avec un excellent rapport qualité-prix et qui seront distribués dans tous les pays où l’enseigne est présente. Miniso mise aussi énormément sur les licences qui assurent un franc succès et qui viennent régulièrement renouveler l’offre. A l’instar d’un Action ou d’un Centrakor, l’offre se renouvelle très régulièrement.

Lancement de l’e-commerce et franchise pour fin 2022

Miniso vient d’ouvrir son site e-commerce. - © D.R.
Miniso vient d’ouvrir son site e-commerce. - © D.R.

Concernant le lancement en Hexagone et le ressenti des Français, Ariel Wizman se dit rassuré : « les consommateurs nous perçoivent comme une marque à part entière et ils adhèrent à notre identité. Le caractère asiatique séduit notamment les jeunes. »

En parallèle du développement de son maillage, Miniso a également ouvert son site e-commerce. Une activité pourtant complexe étant donné le prix des articles. L’enseigne impose un panier de 50 euros pour bénéficier des frais de ports gratuits.

Tous ces développements préparent le terrain pour un développement en franchise, prévu en fin d’année. Là aussi, d’après Ariel Wizman, la sauce a pris et tous les jours des demandes arrivent. 2022, année du Tigre et de Miniso.

Les photos de la nouvelle boutique Miniso à Italik (Paris) : 

Transférer cet article à un(e) ami(e)