Rse

Monoprix s’offre un entrepôt XXL omnicanal, robotisé et carbone neutre

Par Clotilde Chenevoy | le | Empreinte carbone

Le distributeur se dote d’une nouvelle plate-forme pour accélérer le développement de son activité non-alimentaire, au bilan carbone neutre. Une première mondiale selon Prologis et Monoprix.

L’entrepôt dédié au non-alimentaire est doté du système Exotec et de 38 robots Skypod. - © CC / Républik Retail
L’entrepôt dédié au non-alimentaire est doté du système Exotec et de 38 robots Skypod. - © CC / Républik Retail

Monoprix fait rimer croissance et RSE avec sa nouvelle plate-forme de 100 000m² implantée à Moissy-Cramayel (77). Dédié à l’offre non-alimentaire, le site a en effet été construit avec Prologis en adoptant de nouvelles techniques pour minimiser l’empreinte carbone. Les deux acteurs se réjouissent d’avoir décroché la certification Breeam Outstanding, avec seulement 20 % de compensation carbone. Et surtout, cet entrepôt est le premier bâtiment logistique au monde à être certifié carbone neutre par l’ILFI (International Living Future Institute) pour une durée de 50 ans.

« C’est une fierté d’être à la hauteur de la responsabilité dans le combat de la neutralité carbone, a déclaré Jean-Paul Mochet lors de l’inauguration de l’entrepôt qui s’est tenue le 14 octobre en présence d’Alain Griset, ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises. L’ensemble du monde logistique et de l’économie doit prendre ce tournant. Je suis convaincu qu’on peut avoir de la croissance verte, décarbonée et non via de la compensation. »

Une approche bas carbone dès la conception

Prologis, qui a conçu le bâtiment pour Monoprix, a agi sur les différents leviers dès la conception du site pour baisser au maximum l’empreinte carbone. Olivier Barge, directeur du project management et de l’innovation pour l’Europe du Sud au sein de Prologis a ainsi annoncé qu’en suivant une démarche d’évitement, puis de réduction et ensuite de compensation, c’est 150 000 tonnes de CO2 qui ont été neutralisées. Soit l’équivalent de la production annuelle de CO2 d’une ville française de 16 000 habitants. Dans le détail, 40 000 tonnes de CO2 ont été économisées à la construction et 110 000 tonnes sur l’ensemble du cycle de vie.

On peut avoir de la croissance verte, décarbonée et non via de la compensation.

Pour atteindre ces résultats, on retrouve des leviers classiques comme l’usage de panneaux photovoltaïques qui viennent subvenir aux besoins en électricité du site ou encore la généralisation de l’éclairage led. Plus innovant, le site a été doté du système de chauffage et de climatisation d’Accenta qui participe à 30 % des économies générées. Ce dernier repose sur le stockage de l’énergie géothermique à l’intersaison. En simplifiant, l’air chaud de l’été est stocké pour être restitué en hiver et inversement, la fraîcheur de l’hiver servira pour refroidir le bâtiment.

In fine, Prologis a investi 60 millions d’euros dans le projet, Monoprix 3 millions d’euros avec un engagement sur 12 ans.

Monoprix accélère sur le non-alimentaire

Au-delà de ces performances énergétiques louables, la plate-forme de 100 000m², dont la construction a été actée dès janvier 2020, jouera un rôle clé dans la croissance de Monoprix sur le non-alimentaire. « Le site doit nous permettre de répondre à la croissance exponentielle du non-alimentaire, de fiabiliser la préparation des commandes, ou encore de de réaliser des économies d’échelle puisque nous fusionnons trois sites en un », détaille Jean-Paul Mochet. 

L’entrepôt est national et omnicanal et il a été dimensionné pour traiter par an 45 millions de colis. Il approvisionne les magasins pour le réassortiment des produits et gère aussi les commandes e-commerce en click and collect ou en livraison à domicile. « Nous ciblons de réaliser une croissance de x5 en e-commerce non-alimentaire avec la mode, la décoration et la beauté », précise Diane Coliche, directrice exécutive de Monoprix. Par ailleurs, les nouveaux business lancés autour de la mobilité et de la santé rencontrent un vrai succès selon Jean-Paul Mochet qui annonce un fort déploiement.

Fusion de trois sites et ajout de la robotisation

Précisément, la plate-forme de Moissy-Cramayel remplace les deux sites de Lieusaint et celui de Combs-la-Ville. Son organisation interne a été repensée par aux anciens sites. En réception des marchandises, elle est dotée de lecteurs RFID pour fiabiliser la mise en stock. Les marchandises sont mises manuellement en bacs avant que les robots Skypod d’Exotec ne les rangent dans la « ruche ». Environ 5 % de l’offre ne peut être traité par la robotisation, car elle est sur cintres.

Les opérateurs restent fixes à une station tandis que ce sont les robots qui vont chercher la marchandise en se déplacement sur les trois dimensions de façon autonome/ - © CC / Républik Retail
Les opérateurs restent fixes à une station tandis que ce sont les robots qui vont chercher la marchandise en se déplacement sur les trois dimensions de façon autonome/ - © CC / Républik Retail

Le système permet un stockage en grande hauteur, jusqu’à 10 mètres, et optimise l’espace et l’empreinte au sol. Les opérateurs restent en poste fixe tandis que les robots, qui se déplacent dans les trois dimensions, apportent les marchandises. Cette organisation permet d’atteindre une  cadence de 400 bacs par heure alors qu’elle atteint à peine 80 sans robotisation.

Malgré cet investissement dans la robotisation, Monoprix reste sur une promesse de livraison à J+1 avec un cut off à 18 heures pour l’Ile-de-France et 14h pour la province. Le distributeur compte en revanche sur le nouvel outil pour mieux encaisser les fortes périodes promotionnelles. Ainsi, le retailer utilise actuellement 38 robots mais prévoit de monter à 116 pour les gros pics de commandes attendus pour le Black Friday ou Noël. Gagner en agilité est l’un des atouts du système et l’un des grands enjeux pour la distribution.

La nouvelle plate-forme en bref

• Un bâtiment de 100 000m2 pour gérer 45 millions de colis traités/an avec 400 salariés sur site (Livraison de la première phase : 4 août 2021 - Livraison complète : 31 décembre 2021)

• 150 000 tonnes de CO2 neutralisées vs une construction standard sur le cycle de vie du bâtiment (50 ans)

• Réduction de 75 % des déchets de chantier grâce notamment à l’utilisation de produits plus verts, la limitation de consommation des dépenses énergétiques en phase chantier

• Utilisation de matériaux biosourcés ou recyclés dans l’ensemble de la construction (notamment du bois et les matériaux issus de démolitions)

• Réduction de 50 % des besoins en eau potable en installant systématiquement des récupérateurs d’eau de pluie pour les espaces verts et les sanitaires

• 100 % des eaux pluviales filtrées sur site

• 36 000 m2 de toiture couverte de panneaux solaires pour une production annuelle de 1,5GWh d’électricité.

• Une consommation divisée par 4 avec l’usage de lampes LED vs les éclairages standards

Niveau de certifications visées/en cours :

• Zero Carbon Certification ILFI : Carbone neutre sur toute la chaine (80 % de réduction des émissions Scopes 1 et 2 / 20 % compensation)

• Certification BREEAM niveau Outstanding suivant les objectifs du référentiel ISO 14001

• Label Biodivercity niveau Performant récompensant les efforts réalisés pour rapprocher les hommes et la nature

• Certification WELL Niveau Silver sur l’ensemble de l’entrepôt approuvant les démarches mises en place pour favoriser le bien-être des salariés

Transférer cet article à un(e) ami(e)