Rse

Pourquoi L’Oréal et Carrefour font cause commune pour recycler les produits de beauté

Par Clotilde Chenevoy | le | Communication

L’Oréal et Carrefour s’associent avec Terracycle pour recycler des produits de beauté qui ne peuvent être pris en charge par la collecte classique à domicile. Des bornes seront installées dans 331 magasins du distributeur, au sein des rayons beauté. Pourquoi et comment, voici les détails.

La borne de recyclage des emballages cosmétiques sera installée au sein des espaces beauté. - © CC / Républik Retail
La borne de recyclage des emballages cosmétiques sera installée au sein des espaces beauté. - © CC / Républik Retail

Le saviez-vous, 20 % des produits de beauté ne peuvent pas aujourd’hui être recyclés ? C’est par exemple le cas des mascaras ou encore des fards paupières. L’Oréal, le numéro un de la beauté dans le monde et donc le principal générateur de cette typologie de déchets, s’est pleinement emparé du sujet depuis l’été dernier. L’industriel s’est rapproché de Terracycle pour créer une filière spécifique pour les produits compliqués à recycler et qui ne peuvent aller dans les poubelles domestiques. Environ 600 points de collectes ont été installés dans des pharmacies ou des halls d’immeuble.

Comme pour les ampoules ou les piles, nous voulons que les clients rapportent les emballages pour que nous puissions les recycler et leur donner une deuxième vie.

Une attente des clients Carrefour

Avec Carrefour, L’Oréal entend donner une nouvelle caisse résonance à ce projet de recyclage et surtout s’installer sur des lieux ayant beaucoup de flux client. « Comme pour les ampoules ou les piles, nous voulons que les clients rapportent les emballages pour que nous puissions les recycler et leur donner une deuxième vie », assure Céline Brucker, directrice générale de L’Oréal Grand Public France.

Des stop-rayons communiquent sur le recyclage des produits. - © CC / Républik Retail
Des stop-rayons communiquent sur le recyclage des produits. - © CC / Républik Retail

Ainsi, dans 331 magasins Carrefour, les consommateurs pourront venir déposer dans des bornes affichant le logo de L’Oréal et la mention Trions en beauté, leurs emballages cosmétiques. Ces points de collecte s’ajoutent aux 600 déjà déployés par L’Oréal et Terracycle et servent pour toutes les marques.

Du côté du distributeur, Morgane Weill, directrice exécutive stratégie et clients assure que « ce sont nos clients qui nous ont demandé lors de table-ronde de mettre en place des solutions sur la gestion des emballages. Avec des fruits et légumes accessibles et le gaspillage alimentaire, c’est le troisième sujet qui ressort. C’était avant un sujet pointu et purement RSE, désormais c’est un enjeu commercial et consommateur. »

Les magasins impliqués mais pas encore de lien avec le programme de fidélisation client

Le sujet du recyclage des emballages était auparavant un sujet pointu et purement RSE, désormais c’est un enjeu commercial et consommateur.

Ces bornes, une fois pleine, seront récupérées par Terracycle et expédiées sur une plate-forme dans le nord de la France. Un premier tri est effectué puis les emballages sont envoyés au Royaume-Uni. On peut s’interroger sur le bilan carbone de l’opération si on chiffre les kilomètres parcourus mais le prestataire du recyclage assure que les volumes deviennent suffisants pour commencer à relocaliser toute l’opération dans l’Hexagone. Il y a en effet un seuil critique à atteindre pour que la filière soit viable, d’où le rapprochement entre L’Oréal et Carrefour.  

La borne sert pour les produits ne pouvant être recyclés au domicile des consommateurs. - © CC / Républik Retail
La borne sert pour les produits ne pouvant être recyclés au domicile des consommateurs. - © CC / Républik Retail

Pour sensibiliser les magasins et leur apporter aussi une contrepartie sur le stockage de la borne, un système de points a été mis en place. Ils peuvent ensuite être convertis en argent pour financer des projets d’associations à but non lucratif. Soit un moyen d’être présent dans le tissu local associatif des magasins.

En revanche, côté consommateur, à part avoir résolu la question sur où jeter son mascara et le sentiment du devoir accompli, il n’y a pas de système de points comme L’Occitane le teste dans son concept Mega. « Notre programme de fidélité reste encore très axé sur les opérations commerciales, juge Morgane Weil, mais dans notre relation avec le client et aussi pour les encourager, nous allons devoir aller vers un tel mécanisme de récompense. » Et il y a du travail. Céline Brucker a souligné que « 34 % des Français trient leurs déchets alors que 80 % des packaging sont recyclables. » 

Des engagements pour les deux groupes

• L’Oréal : 

Dans le cadre de son programme « L’Oréal pour le futur », le numéro un mondial de la beauté s’engage d’ici 2025 à ce que 100 % des emballages plastiques soient rechargeables, réutilisables, recyclables ou compostables. Et d’ici 2030, 100 % des plastiques seront d’origine recyclée ou biosourcée.

• Carrefour : 

Dans le cadre de son plan de transformation, Carrefour cible d’atteindre 100 % d’emballages recyclables, réutilisables, ou compostables d’ici 2025. 

Pour en savoir plus:

Transférer cet article à un(e) ami(e)