Rse

Qu’est-ce que B Corp, le label que Naturalia vient de décrocher ?

Par Clotilde Chenevoy | le | Marque employeur

Naturalia vient d’annoncer être le premier retailer alimentaire français à décrocher la certification B Corp. Comment l’obtenir et à quoi sert-elle, voici tous les détails de ce label qui séduit de plus en plus d’entreprises.

Naturalia est le premier distributeur français à décrocher la certification B Corp. - © D.R.
Naturalia est le premier distributeur français à décrocher la certification B Corp. - © D.R.

Jeudi 15 avril, Allon Zeitoun, directeur général de Naturalia, annonce en plus de son expansion e-commerce que l’enseigne devient le premier distributeur alimentaire français à décrocher la certification B Corp. « Cette certification est bien sûr un aboutissement. Mais ce n’est pas la fin, plutôt le début d’un chemin. Nous allons poursuivre notre démarche en faveur de plus de transparence vis-à-vis de nos clients, avec des standards encore plus élevés sur le plan social et environnemental. Cette exigence est une identité, tout autant qu’une stratégie », a-t-il déclaré

Le retailer a obtenu le label avec la note de 80,1 points sur 200, sachant qu’il faut au moins 80 points pour être éligible. « C’est très compliqué d’atteindre ce niveau, assure Maxime Dupont, manager en charge des sujets RSE et d’économie circulaire du cabinet Bartle. B Corp est le référentiel le plus exigeant en matière de RSE. »

Raison d’être, entreprise à mission et B Corp : trois manières de travailler sa RSE

Comparés à la raison d’être ou au statut d’entreprise à mission, B Corp se situe un cran haut dessus. En effet, pour la raison d’être, les distributeurs s’engagent sur une philosophie. C’est l’ADN de l’entreprise mais il n’y a pas de vérification.

Se lancer dans la certification B Corp un projet aussi structurant qu’un changement d’ERP ou de CRM. Elle vient changer les méthodes de travail.

Avec les entreprises à mission, la donne change. Ce statut a été créé dans le cadre de la loi Pacte de mai 2019. L’entreprise déclare une raison d'être dans ses statuts à travers plusieurs objectifs sociaux et environnementaux. Surtout, elle précise comment elle va les poursuivre et nomme un organisme tiers indépendant. Danone ou encore Yves Rocher ont été parmi les premières grosses sociétés à s’inscrire dans cette démarche.

Qu’est-ce que le label B Corp ou B Corporation ?

B Corporation, ou B Corp, existe depuis 2015 en France, mais cette certification existe aux Etats-Unis depuis 15 ans. Elle s’appuie sur la norme ISO 26 000 et il faut répondre à 300 questions en ligne. « De nombreux critères rentrent en ligne de compte qui vont varier selon le secteur de l’entreprise, explique Maxime Dupont. Le questionnaire est intelligent, il va d’abord s’attacher à définir l’activité pour ensuite se spécialiser sur l’entreprise. On devient éligible à B Corp à partir de 80 points pour un maximum de 200 points. Ce label est en plein essor et une sorte de compétition est en place pour pouvoir être le plus rapide à le devenir dans son secteur. Mais à l’avenir, cette certification deviendra certainement un standard pour prouver ses engagements RSE. »

Les points clés pour devenir B Corp :

Les points clés pour devenir B Corp :

• Avoir un portage managérial,

• Dédier une équipe interne et/ou externe pour la gestion et le suivi des dossiers,

• Anticiper le périmètre de la certification, surtout pour les grands groupes car la certification s’applique par marque et par filiale.

• Dégager un budget pour les processus de transformation et pour la certification (grille tarifaire selon le chiffre d’affaires)

• Créer un réseau de référents pour animer au plus près du terrain.

Comment devient-on B Corp ?

Pour décrocher le fameux sésame, cela demande du temps, de l’engagement au plus haut niveau et aussi de l’argent. Ainsi, Naturalia a indiqué que le projet avait mis 6 mois à être mis en place pour décrocher la note de 80,1, soit le seuil minimal.

Maxime Dupont, manager chez Bartle. - © Lyric 2016
Maxime Dupont, manager chez Bartle. - © Lyric 2016

Pour Maxime Dupont, « la certification sera d’autant plus longue si avez un faible niveau de maturité en matière de RSE partez d’un score bas. » Le référentiel B-Corp repose sur la norme ISO 26000, qui fixe les bonnes pratiques en matière de RSE.

Mettre en place une norme ne peut se faire sans un vrai engagement de la direction, avec un plan d’actions à déployer, avec un calendrier que peut suivre le retailer. En complément, Maxime Dupont estime qu’il est nécessaire d’engager les parties prenantes derrière les 5 grands piliers de B Corp : la gouvernance, l’humain, l’impact sur la collectivité, le volet environnemental et les clients. Et le manager souligne : « c’est un projet aussi structurant qu’un changement d’ERP ou de CRM et qui vient changer les méthodes de travail. »

La certification est valable trois ans et son coût dépendra du chiffre d’affaires de l’entreprise. Il faut s’acquitter de frais annuels de certification.  

Le logo B Corp n’est pas encore connu des consommateurs mais est valorisable sur le plan B to B. - © B Corp
Le logo B Corp n’est pas encore connu des consommateurs mais est valorisable sur le plan B to B. - © B Corp

Pourquoi devenir B Corp ?

Devenir B Corp n’est donc pas un projet sur lequel on s’engage à la légère. Mais pour autant, le label n’est pas connu des consommateurs. Pas encore. On peut donc s’interroger sur les motivations des 130 entreprises en France qui ont eu le fameux sésame. Selon notre expert RSE, les raisons sont purement BtoB : « La marque Les 2 Vaches est B Corp parce qu’il y a un intérêt auprès de ses fournisseurs. Mais le vrai gain se situe plutôt au niveau des ressources humaines, pour le recrutement de jeunes talents. Toutes les études démontrent qu’ils recherchent des entreprises plus engagées. » Et il estime que d’ici 5 ans, toutes les grandes entreprises seront dans cette démarche. Particulièrement, si le label prend de la valeur aux yeux des consommateurs et devient ainsi un atout commercial. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)