Stratégie retail

« Avec Cdiscount Occasion, nous apportons un service additionnel à nos clients »

Par Clotilde Chenevoy | le | E-commerce

François Albenque, directeur du développement de Cdiscount revient pour Républik Retail sur le projet Cdiscount Occasion, une plate-forme de revente de produits entre particuliers. Il annonce également pour début 2021 l’arrivée d’une offre spéciale, réservée aux membres de son programme de fidélité, Cdiscount à volonté.

« Avec Cdiscount Occasion, nous apportons un service additionnel à nos clients »
« Avec Cdiscount Occasion, nous apportons un service additionnel à nos clients »

Pourquoi Cdiscount se lance sur le marché de l’occasion entre particuliers ?

60 % des Français déclarent avoir achetés un produit d’occasion en 2020, c’est énorme. Nous proposions déjà des produits de seconde main, reconditionnés via des professionnels, mais la tendance étant forte, il nous a semblait pertinent d’y aller. D’autant que deux facteurs devraient venir encore renforcer cette tendance : le pouvoir d’achat des Français est en baisse avec la crise sanitaire et la conscience écologique et responsable des gens est en hausse. Le marché de la seconde main a un gros potentiel chiffré à 7 milliards d’euros par an.

Vous vous positionnez en frontal avec Vinted ou Leboncoin déjà bien installés. Comment comptez-vous faire la différence ? 

Cdiscount compte entre 22 à 23 millions de visiteurs uniques par mois. Il nous semblait pertinent d’arriver avec une offre à notre nom en valorisant notre forte visibilité et en proposant toutes les catégories traditionnelles (textiles, livres, jouets, appareils high-tech, etc). Par ailleurs, il s’agit également d’apporter un service additionnel à nos clients, exactement sur la même logique que pour la billetterie, les voyages ou l'énergie. 

Le service a été pensé pour être très simple et facile d’accès. Depuis leur ordinateur, la web app Cdiscount ou l’application mobile, avec 2 à 3 photos, le client peut mettre en vente ses articles. Nous jouons aussi le rôle de tiers de confiance entre vendeur et acheteur. Nous sécurisons le paiement et l'échange de marchandises se fait uniquement à distance. Nous avons un partenariat avec Mondial Relay pour gérer les flux. 

Nous allons faire un lien avec notre programme Cdiscount à Volonté qui compte 2,2 millions d’abonnés. Ils pourront venir « cagnotter » avec des échanges entre le neuf et l’occasion.

Vous disposez d’un savoir-faire tech. Pourquoi travaillez-vous avec la start-up Place2Swap sur ce projet ?

Dans tous les développements commerciaux qui ne sont pas dans notre activité d’origine, nous passons par des partenariats, travaillant avec des entreprises françaises. Cette approche nous permet d’avoir une phase de projet et de mise sur le marché très courtes. Dans le cas de Cdiscount Occasion, dès le mois d’avril, nous avons commencé à échanger avec Place2Swap. La start-up a su faire preuve d’agilité et de disponibilité pour adapter sa plate-forme à nos besoins. Nous vendons une grande variété de produits, il était logique pour nous que cette variété se retrouve aussi dans la vente C to C. 

Comment vous vous rémunérez ? 

Il y a des frais de services de 70 centimes, puis une commission de 5 % du montant de la transaction est prise. Au-delà des frais techniques, ces sommes viennent financer le service client. Nous avons une équipe dédiée journée, soir et week-end pour répondre aux besoins des utilisateurs. C’est d’ailleurs assez nouveau pour nous, mais c'était nécessaire car les gens font leur vide-greniers en-dehors des heures de bureau. 

Cdiscount a créé plus de 17 000 comptes d’utilisateurs en décembre. - © Cdiscount
Cdiscount a créé plus de 17 000 comptes d’utilisateurs en décembre. - © Cdiscount

Est-ce qu’il y a des passerelles avec le groupe ? 

Nous avons lancé une première version où les clients déposent leurs annonces et d’autres peuvent venir acheter. Dans la deuxième mouture sur laquelle nous travaillons actuellement nous allons faire un lien avec notre programme Cdiscount à Volonté qui compte 2,2 millions d’abonnés. Ils pourront venir « cagnotter » avec des échanges entre le neuf et l’occasion. Nous verrons dans un second temps si on joue sur la livraison et sur le fait d’inclure le service aussi dans Cdiscount Occasion. L’autre piste de réflexion porte sur l’ouverture à d’autres entités du groupe. Pour le moment, le projet est 100 % Cdiscount mais cela pourrait avoir du sens à l’avenir de l’ouvrir. 

Depuis le lancement le 9 décembre, quels sont les retours ? Quels sont vos objectifs ? 

Nous ne donnons pas de détails sur nos ambitions. Nous nous étions fixés d’atteindre les 10 000 annonces avant Noël et nous l’avons dépassé bien la date. Une campagne de communication lancée le lendemain de Noël, sur un ton décalé, nous a permis d’attirer de nouveaux utilisateurs, avec plus de 25 000 clients ayant créés un compte, avec plusieurs centaines de ventes. Nous allons solliciter les clients de notre base CRM et nous comptons cibler les membres de Cdiscount à volonté avec une offre dédiée.

Transférer cet article à un(e) ami(e)