Rse

Seconde main : Fnac noue un partenariat avec Bourse aux livres

Par Clotilde Chenevoy | le | Seconde main

La Fnac propose un nouveau service à ses clients autour de la seconde vie des livres. Il répond à une demande sociétale et a un effet drive-to-store.

Le service Bourse aux livres est disponible dans tous les points de vente - © D.R.
Le service Bourse aux livres est disponible dans tous les points de vente - © D.R.

7 milliards d’euros, c’est ce que représente selon Xerfi le marché de la seconde main en 2019 et qui en 2020, a sans nul doute pris de l’ampleur. Beaucoup de marques, notamment dans le textile, tentent de reprendre la main sur ce marché trusté par Vinted et Leboncoin. Citons Kiabi est son service de location, ou encore le projet Re-Cycle de Veepee.

Dans le secteur culturel, Fnac s’y essaie aussi et l’enseigne vient d’annoncer un nouveau service autour de la seconde main, et qui a surtout un effet drive-to-store. Ainsi, le distributeur s’est associé au site Bourse aux livres pour devenir un point de dépôt des ouvrages qui seront repris.

« Ce projet de reprise s’inscrit dans notre nouveau plan stratégique « Everyday » qui prône une consommation plus responsable en permettant à chacun l’accès à un service local de qualité, explique Katell Bergot, Directrice Seconde Vie du groupe Fnac Darty. Grâce à La Bourse aux Livres, nous démocratisons un peu plus les livres d’occasion en permettant à chacun de vendre ses livres simplement, à l’aide de partenaires de proximité incarné par la collaboration entre la Fnac et La Bourse aux Livres."

Un service drive-to-store avec des magasins en hub logistique

Ce partenariat fait sens car dans la seconde main, la logistique joue un rôle clé. Fnac, disposant d’un maillage fort en centre-ville, représente un point de collecte idéal pour Bourse aux livres et cela représente un nouveau service à valoriser auprès des clients.

Le service repose sur l’application mobile Bourse aux livres. - © D.R.
Le service repose sur l’application mobile Bourse aux livres. - © D.R.

Le service est très simple. Le consommateur commence d’abord par scanner le code-barres de ses recueils avec l’application. Il aura ainsi en temps réel le montant qu’il peut récupérer à la vente. Tous les livres doivent être conditionnés en carton, avec maximum 13 exemplaires pour un poids maximal de 7 kg. Ils reçoivent ensuite un bon récapitulatif ainsi qu’un bon transport. 

Les lecteurs ramènent ensuite le paquet dans le rayon librairie de la Fnac par la plus proche. La boutique se charge de consolider les colis avant que la start-up ne ramasse les différents paquets. Côté client, le montant des livres vendus sera crédité sur leur compte Bourse aux livres et les détenteurs de la carte Fnac+ bénéficieront de 3 euros par carton déposé. Une incitation financière pour, par exemple, acheter de nouveaux livres. 

Transférer cet article à un(e) ami(e)