Rse

Pourquoi Electro Dépôt se lance dans l’économie circulaire avec Reconomia

Par Clotilde Chenevoy | le | Eco conception

Electro Dépôt, spécialiste de l’électrodomestique low cost, étoffe son offre avec des produits reconditionnés de gros électroménager, vendus sur la nouvelle plate-forme Reconomia. Plus qu’un service, il s’agit pour l’enseigne d’une nouvelle étape dans son plan de transformation écologique planifié sur 10 ans.

Pourquoi Electro Dépôt se lance dans l’économie circulaire avec Reconomia
Pourquoi Electro Dépôt se lance dans l’économie circulaire avec Reconomia

Reconomia by Electro Dépôt. Derrière ce nom, difficile d’imaginer ce que l’on peut trouver. Mais les dirigeants de l’enseigne low-cost d’électroménager entendent bien l’imposer pour devenir une plate-forme aussi incontournable d’Airbnb. Sauf qu’au lieu de promouvoir des logements, il s’agit d’articles d’électroménager de seconde main.

Electro Dépôt propose déjà quelques articles reconditionnés de high tech (ordinateurs et iPhone) mais il passe à un autre niveau avec Reconomia. - © Electro Dépôt
Electro Dépôt propose déjà quelques articles reconditionnés de high tech (ordinateurs et iPhone) mais il passe à un autre niveau avec Reconomia. - © Electro Dépôt

En effet, depuis le 6 avril, le site Reconomia.fr vend 200 articles de gros électroménager reconditionnés par des artisans avec une garantie d’un an et un prix au moins 30 % moins cher que le neuf. « On s’est rendu compte que beaucoup de vieilles machines que nous récupérions pour partir au recyclage étaient réparables », explique Stéphane Belot, directeur de la transition écologique et sociétale, un poste créé en janvier 2020. Autrement dit, les déchets d’hier deviennent la matière première d’aujourd’hui et de demain pour Electro Dépôt. Et ce constat est de plus en plus partagé par des clients qui font le choix du reconditionné par conviction personnelle.

Une approche locale pour la réparation et la supply chain

Pour créer cette offre d'économie circulaire, l’enseigne de cash and carry mise sur les artisans locaux. Une dizaine d’artisans dans les Hauts-de-France ont testé le concept et le nombre grandira pour proposer une offre nationale d’ici la fin de l’année. En effet, Electro Dépôt veut faire travailler le tissu local autour de ses 83 magasins. C’est une autre des particularités du modèle, l’offre restera locale, avec une livraison possible à domicile uniquement dans un rayon de 50 km. Pas question de faire traverser la France entière à un lave-linge réparé. Cela serait une absurdité écologique et économique pour Stéphane Belot.  

Electro Dépôt a été créé en 2014 pour proposer une offre à bas sur des produits électrodomestiques. - © Electro Dépôt
Electro Dépôt a été créé en 2014 pour proposer une offre à bas sur des produits électrodomestiques. - © Electro Dépôt

Le magasin reste au centre du dispositif. Moyennant un abonnement mensuel de 19 euros, les professionnels accèdent aux produits censés partir pour le recyclage et qui sont stockés en point de vente. Electo Dépôt ajoute même des conteneurs extérieurs pour pouvoir stocker plus de marchandises sans encombrer sa réserve. Les artisans rachètent les modèles qu’ils veulent réparer. Ces articles seront ensuite mis en vente sur le site Reconomia, et une commission de 10 % de la vente sera reversée à Electro Dépôt. La plate-forme informatique a été créée par la start-up Marjory. 

La suite d’un engagement, le début d’une transformation RSE

La création de la plate-forme Reconomia représente un nouvel engagement pour le distributeur low cost d’électrodomestique . Electro Dépôt proposait déjà des iPhones reconditionnés et quelques ordinateurs. Il pousse également ses clients à réparer eux-mêmes leurs produits, s’appuyant sur la start-up Spareka.

Nous réalisons plus de 50 % de notre chiffre d’affaires avec nos marques propres. Nous allons former une trentaine de personnes au principe de l’éco-conception, en tenant compte du sourcing des matières premières, des emballages ou de la réparabilité des produits.

Désormais, le distributeur passe à une autre échelle. Ce projet s’inscrit dans un plan de transformation écologique entamé en 2020. On peut même parler de vision puisque les dirigeants se projettent à 10 ans. Leur objectif consiste ainsi à diviser par deux le bilan carbone des produits en marque propre d’ici 2030, en tenant compte de sa fabrication à son recyclage. « Nous réalisons plus de 50 % de notre chiffre d’affaires avec nos marques, précise Stéphane Belot. Nous allons former une trentaine de personnes au principe de l’éco-conception, en tenant compte du sourcing des matières premières, des emballages ou de la réparabilité des produits. »

Enfin, dernier pan de la stratégie, après l’offre, Electro Dépôt se penche aussi sur le bilan énergétique de l’entreprise. Transport, empreinte digitale ou livraison, une vague d’énergie verte doit venir alléger la facture économique et écologique. Ainsi, 100 % des magasins seront d’ici mai approvisionnés en énergie renouvelable. Les transports sont en phase de décarbonisation, que cela soit pour le flux magasin ou le flux client. Et ce dernier prend de l’importance avec la montée de l’e-commerce. Entre 2019 et 2020, la part des ventes en ligne est passée de 9 à 18 %, pour un chiffre d’affaires HT qui est passé de 880 millions d’euros à plus d’un milliard d’euros.

Les chiffres clés d’Electro Dépôt en 2020

• CA 2020

1 Mrd€ HT (900 M€ en France, 80 M€ en Belgique,20 M€ en Espagne)EVOLUTION DU CA+12,9 % à périmètre constant

• E-COMMERCE

9 % en 2019

18 % en 2020

• RÉSEAU

97 dépôts : 83 en France (une ouverture à Tours en 2020 et une à Albi en janvier 2021), 10 en Belgique (une ouverture à Wavreen 2020), 4 en Espagne.

• EFFECTIFS

1 800 collaborateurs dont 1550 en France

Transférer cet article à un(e) ami(e)